• Vivianne Doucet

Le sommeil et l’exercice physique


Par Vivianne Doucet
NOVEMBRE 2021
 


De nos jours, les problèmes de sommeil font partie de la vie de plusieurs personnes. L’insomnie est le trouble du sommeil le plus courant. Cela se définit comme étant, un trouble du sommeil chronique ou aigu, caractérisé par une difficulté à s’endormir et/ou à maintenir le sommeil et/ou une plainte subjective rapportée en lien avec une mauvaise qualité du sommeil. (Varrasse, Li et al. 2015) Il existe plusieurs types de traitement pharmacologique pour traiter l’insomnie. Les plus courants sont : la mélatonine et les hypnotiques. Ces traitements ont cependant démontré des effets secondaires ou des conséquences néfastes à long terme sur la santé. En effet, les hypnotiques sont associés à un risque de chutes plus élevé. (Mailloux 2021) La prise de cette médication par les personnes âgées porte à réflexion. Le vieillissement est associé à une diminution de la qualité du sommeil ainsi qu’à un risque de chute plus élevé, qui augmente graduellement avec l’âge. Cette qualité du sommeil serait de 79% chez les 70 ans et elle continue de diminuer avec l’âge. (Mailloux 2021) Dans le même ordre d’idée, il a été démontré que les personnes âgées vivant avec l’insomnie sont plus à risque de chuter et de développer des troubles d’anxiété et/ou des troubles cognitifs. (Varrasse, Li et al. 2015)

L’exercice peut-il aider aux troubles du sommeil? L’activité physique peut effectivement être considérée comme un traitement non pharmacologique. Plusieurs études ont démontré qu’une activité physique régulière améliore à la qualité du sommeil. (Varrasse, Li et al. 2015, Semplonius and Willoughby 2018, Mailloux 2021) Comment? Dans un premier temps, la pratique d’activité physique produit un effet antidépresseur. Il est bien connu que les individus anxieux ou dépressifs ont plus de difficulté à s’endormir. Il a été démontré que l’exercice aérobique aide à la réduction des symptômes dépressifs. Cette diminution des symptômes augmente donc la qualité du sommeil. (Varrasse, Li et al. 2015) (Mailloux 2021) Deuxièmement, lors d’un exercice physique, le corps produit de la chaleur. La température centrale du corps augmente, ce qui a ensuite pour effet d’activer les mécanismes de dissipation de la chaleur, favorisant ainsi l’endormissement. (Varrasse, Li et al. 2015) En général, les individus dorment beaucoup mieux lorsqu’il fait plus froid.




 
Références

Mailloux, M. (2021). L'activité physique et ses effets sur les difficultés subjectives et objectives de sommeil des personnes âgées présentant un trouble cognitif léger : une étude pilote. Doctorat en psychologie Université Laval 133.

Semplonius, T. and T. Willoughby (2018). "Long-Term Links between Physical Activity and Sleep Quality." Medicine & Science in Sports & Exercise 50(12): 2418-2424.

Varrasse, M., et al. (2015). "Exercice and sleep in community-dwelling older adults." Curr Sleep Medecine Rep 1: 232-240.



26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout