• Jérôme Parenteau

La perte de poids…ce qui est bon à savoir

Dernière mise à jour : 25 nov. 2021


Par Jérome Parenteau
NOVEMBRE 2021
 

Les phénomènes de surpoids et l’obésité touchent un grand nombre de gens dans les sociétés occidentales. Au Canada en 2018, 63% des adultes présentaient un surplus de poids ou étaient considérés obèses. Le surplus de poids peut entraîner plusieurs problèmes de santé bien connus; diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, problèmes articulaires, etc. L’industrie de la perte de poids génère à l’échelle mondiale, des dizaines de milliards de dollars chaque année. Elle propose sans cesse une multitude de nouvelles solutions; bonnes et moins bonnes. Parmi elles, on compte des régimes dits «miracles», des brûleurs de graisse, des appareils d’exercices supposément révolutionnaires, des coupe-faim et j’en passe. Comment s’y retrouver? Qu’est-ce qui fonctionne vraiment? Comment faire pour retrouver le chemin de la santé? Il s’agit d’un sujet complexe mais de mieux en mieux compris. Voici un résumé du sujet en quelques points.


Ce qui est bon à savoir

  1. Une livre de graisse = 3500 calories On peut-donc dire que je perdrai 1 lbs cette semaine si ma balance énergétique présente un déficit de 3500 calories, soit en ayant réduit mon apport énergétique (nourriture) et/ou en ayant dépensé de l’énergie (activité physique).

  2. Il est rare que l’obésité soit due à un facteur unique, la plupart des gens affectés en présentent plusieurs. Quels sont-ils? Voici les principaux : - Hérédité (hé oui !) - Mauvaises habitudes alimentaires - Sédentarité - Le milieu de vie - Déséquilibre endocrinien (hormones) en lien avec de mauvaises habitudes de vie tels que le sommeil et le stress, certaines médications ou encore certains problèmes d’ordre psychologiques, comme la dépression par exemple.

  3. En termes de santé, la perte de poids, ce n’est pas tout! Il est tout à fait possible d’être en surplus de poids et en très bonne santé! De bonne habitudes de vie diminuent les risques associés au surplus de poids et l’obésité. Une légère perte de poids de seulement quelques kilos améliore la santé cardiovasculaire, métabolique, et musculosquelettique.

  4. La perte de poids dépend principalement du principe de balance énergétique. En quoi consiste ce principe? C’est simple, il s’agit de l’équilibre entre l’apport calorique et la dépense énergétique. Le corps régule ce mécanisme d’une certaine façon et peut palier à un léger déséquilibre sans nécessairement qu’il en résulte une perte ou prise de poids. Cependant, un déséquilibre significatif mène au stockage de l’énergie non-utilisée sous forme de tissus adipeux.

  5. Les régimes drastiques ne sont efficaces qu’à court terme! Le poids perdu est, la plupart du temps repris par la suite, car le corps se place en mode survie et ajuste à la baisse son métabolisme de base. Ceci sans compter les risques de carence nutritionnelles néfastes. Mieux vaut procéder lentement et viser d’entrée de jeu, une perte de poids de 5%. On parle de 0.5 à 1kg de perte par semaine idéalement. Ainsi, l’organisme n’est donc pas choqué et s’ajuste généralement bien au changement.

Balance énergétique


Apport calorique

· Énergie provenant de l’alimentation

VS

Énergie dépensée

· Métabolisme basal (fonctions vitales/non-volontaires)

· Activités de la vie quotidienne et sport

· Énergie utilisée pour la digestion des aliments


On doit finalement retenir que

  • La réduction de l’apport calorique et l’activité physique sont les éléments les plus efficaces en termes de poids, elles ont maintes fois fait leurs preuves et sont bien documentées. La chirurgie bariatrique survient en dernière ligne et n’est pas une solution sans conséquence.

  • Chaque individu répond différemment au processus de perte de poids. Ce sera plus simple pour certains, plus difficile pour d’autres.

  • Oubliez les images véhiculées dans les médias sociaux ou au cinéma, l’important c’est d’être en santé et bien dans sa peau. On peut très bien être mince et malheureux, l’inverse est aussi vrai. Concentrez-vous sur les gains en termes de bien-être et détachez vos yeux de la balance.

  • N’oubliez pas qu’il est possible de perdre de la graisse sans perte de poids, surtout si l’on fait de la musculation. Pour un même volume, la masse maigre est plus lourde que la masse adipeuse.

  • On doit adopter un régime faible en sucre raffiné et en graisses saturées. L’actuel guide alimentaire canadien présente des conseils simples et à jour pour une bonne alimentation. Ce n’est qu’une habitude à développer.

  • Peut-on tricher? Oui! Une fois par semaine mais pas deux!

  • Ne soyez pas dupe! Méfiez-vous des produits et méthodes «miracles». Si c’est trop pour être vrai… ça l’est!

  • Le/la kinésiologue, le/la nutritionniste et votre médecin sont les professionnels par excellence pour vous aider dans votre démarche

  • Soyez indulgents envers vous. Vous pouvez réussir !!!



 
Références

Jean-Michel Lecerf, Obésité. Pourquoi les régimes échouent-ils?, Elsevier Masson, tiré du journal Nutrition clinique et métabolisme no.27, p.74-81., 2012, DOI : 10.1016/j.nupar.2012.10.014 repéré au : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0985056212000921


Éric Doucet, L’activité physique et la maitrise du poids, tiré du journal : Le médecin du Québec, vol.39, no.2 2004, repéré au : https://lemedecinduquebec.org/Media/82129/097-102Doucet0204.pdf


Statistiques Canada, Embonpoint et obésité chez les adultes 2018, publication gouvernementale, 2019 repéré au : https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/82-625-x/2019001/article/00005-fra.htm


W.Larry Kenney, Jack H.Wilmore & David L.Costill, Physiologie du sport et de l’exercice 6e éd. DeBoeck Supérieur, Paris, 2017, ISBN 978-2-8073-0608-0, Ch.22, p.561-569



13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout