• Michael Dupont

La thermothérapie


Par Michael Dupont
Novembre 2021
 

Une multitude de modalités sont offertes pour traiter et soulager les blessures et la douleur. La thermothérapie, qui consiste en l’utilisation de la chaleur ou du froid est une des plus communes. Avant de débuter, il est important de rappeler que le processus de guérison d’une blessure commence par une phase d’inflammation, étant elle-même associée à la douleur. La chaleur et le froid ont tous deux des impacts sur l’inflammation, aidant donc à la gestion de la douleur. Mieux vaut comprendre les mécanismes d’action qui entrent en cause dans l’utilisation de l’un et l’autre, afin de les employer efficacement.


Tout d’abord, la thérapie par chaleur agit sur la gestion de la douleur de plusieurs façons. Elle permet de réduire la tonicité musculaire et détendre les muscles, réduisant les spasmes et les douleurs musculosquelettiques. De plus, l’augmentation de la température permet l’élévation du métabolisme musculaire et de la vasodilatation, accélérant ainsi le processus de guérison. La vasodilatation a pour effet de fournir un meilleur apport sanguin, acheminant plus de nutriments et d’oxygène aux cellules, tout en évacuant les déchets métaboliques produits par la blessure. Le processus de guérison est donc plus rapide (Freiwald, J, et al. 2021). L’usage de la chaleur est indiqué pour les courbatures liées à l’entraînement, lorsqu’une blessure perdure plus de 2 semaines ou lorsque celle-ci est chronique (plus de 3 mois). Pour son utilisation, il est possible d’appliquer une compresse chaude (autour de 40°C) pendant 15 à 20 minutes toutes les 4 heures, sur une période de 18 à 42 heures (Malabga G, et al. 2014).

La modalité de traitement par le froid quant à elle, permet de réduire l’œdème (enflure), les spasmes musculaires et le débit sanguin (vasoconstriction). Le froid agit également sur la réduction du métabolisme musculaire, la microcirculation cutanée et la sensibilité des récepteurs de douleur. La vitesse de conduction des nerfs sensoriels est ralentie, ce qui diminue la transmission des signaux de la douleur (Wang, Y, et al., 2021). Cette méthode est recommandée lors de la phase aiguë de la douleur (immédiatement après un traumatisme par exemple). Il est recommandé d’appliquer indirectement le froid (autour de -15°C) pendant 20 minutes, 3 fois par jour, pendant 3 à 4 jours. Évitez de retourner à la pratique d’activité physique après avoir appliqué de la glace, car elle inhibe des fonctions sensorielles et motrices (Malabga G et al. 2014) augmentant ainsi le risque de blessure.


Une controverse existe concernant l’efficacité analgésique de la thermothérapie et plusieurs théories sont proposées. Malgré tout, cette modalité de traitement est utilisée et recommandée pour de nombreux troubles musculosquelettiques, car elle est sécuritaire et simple d’emploi. Qu’il s’agisse du froid ou de la chaleur, une solution n’est pas meilleure que l’autre. Il s’agit davantage d’un choix appliqué en fonction de votre situation et de vos préférences. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé qualifié, qui vous aidera à faire un choix judicieux.




 
Références

Freiwald, J., Magni, A., Fanlo-Mazas, P., Paulino, E., Sequeira de Medeiros, L., Moretti, B., Solarino, G., 2021, A Role for Superficial Heat Therapy in the Management of Non-Specific, Mild-to-Moderate Low Back Pain in Current Clinical Practice: A Narrative Review, Life, 11, 780. DOI: 10.3390/life11080780


Malabga, G., Stark J., et Yan Ning. 2014. Mechanisms and efficacy of heat and cold therapies for musculoskeletal injury. Postgraduate Medecine. Informa healthcare. UK. DOI: 10.1080/00325481.2015.992719


Scott F. Nadler, Kurt Weingand, et Roger J. Kruse. The Physiologic Basis and Clinical Applications of Cryotherapy and Thermotherapy for the Pain Practitioner. Pain Physician. 2004., 7:395-399, ISSN 1533-3159.


Wang, Y., Li, S., Zhang, Y., Chen, Y., Yan, F., Han, L., et Ma, Y., 2021, Heat and cold therapy reduce pain in patients with delayed onset muscle soreness: A systematic review and meta-analysis of 32 randomized controlled trials, Physical Therapy in Sport, 48: 177–187. 10.1016/j.ptsp.2021.01.004 1466-853X



76 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout