• Naomi Lejeune & Sarah-Michelle Paradis

Travail en position assise, impacts et solutions


Par Naomi Lejeune & Sarah-Michelle Paradis
NOVEMBRE 2021
 

Impact du travail en position assise et de la sédentarité au quotidien


Si nous commencions par une simple question : combien de temps par jour passez-vous en position assise ? Cette question est simple et beaucoup de gens n’y portent pas d’attention particulière. Toutefois, pour notre propre bénéfice, peut-être devrions-nous nous pencher un peu plus sur cette question.


Tout d’abord, il faut savoir que les comportements sédentaires ont été démontrés comme étant un facteur de risque accru de développer des maladies chroniques. Les comportements sédentaires correspondent à tous les comportements d’une personne éveillée en position assise, inclinée ou couchée pour lesquels la dépense énergétique demeure très faible (inférieure ou égale à 1,5 METS). Notons par exemple être assis de façon prolongée ou écouter la télévision (Tremblay et al., 2017). Le fait de passer plus de 4h quotidiennement en position assise ou 45 à 50 h par semaine a des effets néfastes sur divers facteurs métaboliques (Bird et al., 2015). Parmi ces facteurs, on retrouve une augmentation du mauvais cholestérol, du glucose sanguin et de la pression artérielle (Bird et al., 2015). Les maladies chroniques qui peuvent découler de ces facteurs comprennent le syndrome métabolique, le diabète et les maladies cardiovasculaires comme l’hypertension. On note aussi une augmentation des décès chez les adultes liée aux comportements sédentaires (ACSM, 2018) (MacDonald Bradley, et al., 2018).


Également, la prévalence des douleurs musculosquelettiques comme les douleurs au cou et aux épaules affecteraient entre 42 et 69 % des travailleurs sédentaires (Areerak et al., 2018). Ainsi, la moitié, voir les deux tiers des gens qui occupent des postes qui nécessitent d’être en position assise de façon prolongée, rapportent ce type de douleurs.


Il est donc important de réduire au maximum ses comportements sédentaires, surtout quand l’on passe jusqu’au deux tiers de notre journée en position assise au travail ou à l’école. Plusieurs verront des avantages à cette réduction, considérant les impacts non négligeables de la sédentarité au quotidien. Voici donc quelques stratégies permettant de diminuer le temps passé en position assise dans la journée et ainsi en réduire les méfaits.


Solutions pour diminuer les impacts des comportements sédentaires


Tout d’abord, intégrer des pauses actives tout au long de la journée apportera plusieurs bienfaits pour le travailleur, notamment des effets positifs sur les facteurs métaboliques dont nous avons parlé précédemment (Bird et al., 2015). Il est fortement recommandé de changer de posture au travail durant la journée et de se lever toutes les 30 minutes pour marcher pendant 2 minutes (Davis, K. G., et al., 2020). Par exemple, se lever pour aller chercher un verre d’eau ou aller aux toilettes sont des façons simples de réduire le temps passé en position assise.


De plus, le fait de changer de position régulièrement ou de s’activer ne serait-ce que quelques secondes pourraient avoir un effet bénéfique, minimisant l’apparition de nouvelles douleurs musculosquelettiques (Waongenngarm et al., 2021). Entrecouper les longues périodes passées en position assise pourrait aussi contribuer à la réduction de ces mêmes douleurs (Danquanh et al., 2017).


Finalement, il est possible de conjuguer les pauses actives avec d’autres tâches. Être debout et marcher dans la maison lorsque l’on parle au téléphone ou lorsque l’on assiste à une réunion peut être une solution (ACTIZ., 2021). Pour éviter d’oublier de prendre des pauses actives, mettre un rappel sur ton téléphone est une bonne alternative. Rappelons que ces pauses n’ont pas besoin de s’éterniser, le but étant simplement de réduire le temps passé en position assise.


Alors, qu’avez-vous envie de faire pour diminuer votre temps passé en position assise ?



 
Références

Bird, M.-L., Shing, C., Mainsbridge, C., Cooley, D., & Pedersen, S. (2015). Activity Behaviors of University Staff in the Workplace: A Pilot Study. Journal of Physical Activity & Health, 12(8), 1128-1132.


Danquah, I. H., Kloster, S., Holtermann, A., Aadahl, M., & Tolstrup, J. S. (2017). Effects on musculoskeletal pain from "Take a Stand!" - a cluster-randomized controlled trial reducing sitting time among office workers. Scandinavian Journal of Work, Environment & Health, 43(4), 350-357.


Areerak, K., van der Beek, A. J., & Janwantanakul, P. (2018). Recovery from nonspecific neck pain in office workers. Journal of Back & Musculoskeletal Rehabilitation, 31(4), 727-734.


American College of Sports Medicine. (2018). ACSM'S Guidelines for Exercise Testing and Pescription (10th edition). Philadelphia: Wolters Kluwer.


Davis KG, Kotowski SE, Daniel D, Gerding T, Naylor J, Syck M. The Home Office: Ergonomic Lessons From the “New Normal.” Ergonomics in Design. 2020;28(4):4-10. doi:10.1177/1064804620937907


Waongenngarm, P., van der Beek, A. J., Akkarakittichoke, N., & Janwantanakul, P. (2021). Effects of an active break and postural shift intervention on preventing neck and lowback pain among high-risk office workers: a 3-arm cluster-randomized controlled trial. Scandinavian Journal of Work, Environment & Health, 47(4), 306-317.


MacDonald, B.; Janssen, X.; Kirk, A.; Patience, M.; Gibson, A.-M. An Integrative, Systematic Review Exploring the Research, Effectiveness, Adoption, Implementation, and Maintenance of Interventions to Reduce Sedentary Behaviour in Office Workers. Int. J. Environ. Res. Public Health2018, 15, 2876. https://doi.org/10.3390/ijerph15122876

Tremblay, M. S., Aubert, S., Barnes, J. D., Saunders, T. J., Carson, V., Latimer-Cheung, A. E., ... on behalf of, S. T. C. P. P. (2017). Sedentary Behavior Research Network (SBRN) – Terminology Consensus Project process and outcome. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, 14(1), 75. doi: 10.1186/s12966-017-0525-8


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout